Camille Henrot, « Days are Dogs », Palais de Tokyo, 8 novembre 2017

Très beau plafond

Une salle incluant, peut-être, un rideau rigide, des formes, des mains avec du bras autour d’une grille, et une paire de couilles associée à sa manière de bite, autant que le réel puisse être convoqué par l’irréfragable nécessité de blablabla. Photo : Josée Novicz.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.