C’est l’hiver qui frappa notre porteuh (3/3)

L’hiver est aussi un arbre qu’on voit pas bien au travers. En revanche, l’un des meilleurs livres de Bertrand Ferrier est hyper facile à lire, hyper pas cher, et c’est pas des insultes, na, plutôt une incitation à commander cet ouvrage merveilleux disponible en nombre limité avant disparition de la surface de la Terre pour un prix presque drôle. Allons, fripons, je ne vous retiens pas, filez voir comment comman(j’ai pas fini)der votre zamplère ici.

Ce contenu a été publié dans Carte postale, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.