Si, ça existe, l’atout reine


Rencontre avec le vigneron Xavier Frissant, viticulteur avisé, promoteur des vins de sa région (Cahors inclus, c’est dire) et raconteur roué, aussi croustillant que capable de s’adapter à ses interlocuteurs. Ses rouges à base de côt (plus chic que le malbec, appellation hors sujet sur ses coteaux !) s’adressent davantage aux amateurs de vin fruité qu’aux fanatiques de tanins corsés – bien que lui considère le côt comme la syrah de la Touraine.
En revanche, ses blancs séduiront tous les palais, du fié-gris au chenin en passant par le sauvignon. À Paris, chez Mes Accords mets vins, compter entre une onzaine d’euros pour la plaisante entrée de gamme et une large vingtaine d’euros pour des flacons fort délectables. À noter que le crémant du domaine est une réussite alliant finesse et élégance grâce à un dosage minimal sourdinant le sucre au profit des autres mélodies plus subtiles.
(Non, « sourdiner » ne veut rien dire, mais bon.)

Ce contenu a été publié dans Carte postale, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.