Champion du monde

Vie ou palet, tout, est dans le regard. (Pfff.) Photo : Rozenn Douerin.

En 1998, je n’avais pas regardé la finale de la Coupe du monde de foutchebol. Pas par snobisme : simplement, on discutait écriture et littérature dans un p’tit village du Gers à l’occasion d’un stage post-Prix du Jeune Écrivain.

Avant de scorer, avec mon garde du corps dit « le Gitan de Sicile ». Photo : Rozenn Douerin.

En 2018, je n’ai pas regardé la finale de la Coupe du monde de fouteboule. Toujours pas par snobisme, hélas : simplement, je participais à un tournoi de palet breton sur planche de bois – précision pour les spécialiss.

Bon, ça, c’était avant. Photo : Rozenn Douerin.

Oui, la France peut me rendre gras. Grâces, pardon.

Cela dit, je me souviens que, à un moment, ça s’est plutôt bien boutiqué. Du coup, des gens ont truqué des photos pour me décrédibiliser. Évidemment, il s’agit d’un montage.

Photo volée et truquée par Rozenn Douerin.

Oh, ça va. Allez, chantons pour fêter la Liesse populaire, et puis c’est marre.

Ce contenu a été publié dans Carte postale, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.