Bio

IMG_7443

Bertrand Ferrier en 2015 à l’orgue Delmotte-Béasse de Saint-André de l’Europe (75008), en compagnie de Debussy de la Lorette en Cornouailles. Photo : Josée Novicz.

Né en 1977, Bertrand Ferrier est devenu des tas de trucs, parmi lesquels rien, musicien (chanteur, organiste, accompagnateur), chargé d’enseignement à l’université et auteurtraducteur-éditeur.

Son pedigree littéraire :

  • auteur d’une vingtaine d’ouvrages pour jeunes et vieux lecteurs ;
  • traducteur de plus de deux cents livres en quelques années, dont Eragon, « Chroniques de Spiderwick », un tome de « Chair de poule », les trois premiers tomes des « Chroniques des temps obscurs » de Michelle Paver, etc. :
  • lecteur et rewriter pour de nombreux éditeurs pour la jeunesse et la vieillesse.

Son pedigree universitaire :

  • docteur ès Lettres en Sorbonne (thèse sur l’applicabilité du concept de « littérature » aux romans francophones, anglophones et hispanophones pour les jeunes lecteurs)­ ;
  • titulaire du DESS d’édition de Paris-XIII (mémoire sur les stratégies éditoriales de marketing de longue traîne chez Bayard Jeunesse) ;
  • maître de conférences associé à l’université du Maine (2006-2012) ;
  • chargé d’enseignement aux universités de Rennes-2 et de Bordeaux-4 (2009-2016).

Ce qui l’a amené à publier aux Presses Universitaires de Rennes un essai et un manuel sur les livres, la littérature et l’édition pour la jeunesse, et d’être invité dans une centaine de colloques et journées d’études, notamment pour examiner le lien entre édition et littérature dans les livres pour la jeunesse, comme dans cette conférence sur Le Petit Prince

Son pedigree musical :

  • organiste-conférencier au musée national de la Renaissance d’Écouen (2000-2011) ;
  • titulaire adjoint puis titulaire des orgues de Saint-André de l’Europe (Paris 8) à partir de 2002 ;
  • adjoint aux grandes orgues de la collégiale Saint-Martin de Montmorency (Val-d’Oise) depuis 2014.

Il a été membre, élu par ses pairs, du dernier bureau du Syndicat national professionnel des artistes musiciens des cultes avant sa mutation mercantile au profit de vils cochons et au détriment des syndiqués.

Bertrand Ferrier à l'orgue Dargassies (2004) de la basilique Notre Dame du Perpétuel Secours (75011). Photo : Josée Novicz.

Bertrand Ferrier à l’orgue Dargassies (2004) de la basilique Notre Dame du Perpétuel Secours (75011). Photo : Josée Novicz.

Ses engagements concrets :

  • pendant cinq ans, Bertrand Ferrier a été bénévole puis bénévole-formateur au sein de l’Association pour le développement des Soins Palliatifs (ASP), intervenant au service de médecine interne de l’hôpital Bichat (Paris) ;
  • depuis novembre 2014, il est bénévole au refuge de Grammont (92) de la Société Protectrice des Animaux.