Orgue Sainte-HélèneJouer un mariage avec une chantresse sympa et un chœur de bonne volonté, dans une grande et lumineuse chapelle-église du Nord de Paris : c’est souple. Avec un vrai orgue, qui sonne comme un orgue et n’oblige pas à toujours enfoncer les manettes de jeux à fond, ç’aurait été un sus. Ce nonobstant, le plaisir d’être un p’tit organisssse n’exige-t-il pas, aussi, de s’adapter autant que possible ? Surtout quand le backstage ne manque pas de chic, bien sûr, avec des toilettes aussi PRIVE que Prduteil (je sais, mais j’avais envie de la tenter).
20151024_151641

Collégiale du retardConvoi du jour en retard (très). Quand même, c’est beau ! Convoi encore plus très en retard. Quand même, c’est – bon, il est quelle heure ? Convoi toujours pas arrivé. Pfff, si j’prenais une photo, pour m’occuper ?

20151017_220449Invité chez un d’mes p’tits frères à siroter le machchch France – Nouvelle-Zélande. Mais, parfois, la technologie donne une vision singulière, une néo-cosomogonie du rrru(g)by. Heureusement, ma réputation m’avait précédé, et j’avais droit à un verre. À une carafe, diront certains. Il paraît que c’est vexant. Dans ce cas, avec de bonnes vieilles vignes, je veux bien être vexé. Ô humilité !
20151017_225230

ThéPour ma fête (merci, Bertrand de Comminges), je peux enfin le dire : oui, c’est vrai, je suis un organiste à thé. Entre autres, c’est vrai, mais, bref, voilà.

– Bertrand Ferrier, entre deux livres, deux concerts, deux cérémonies religieuses, qu’est-ce que vous faites ?
– J’essaye de survivre. Et je déstructure des intemporalités avec souplesse.

C'était bien, Cracovie et son château. Mais y avait plein d'autres choses à découvrir. Exemples ci-d'sous ! (Photo : Nataly Adrian)

C’était bien, Cracovie et son château. Mais y avait plein d’autres choses à découvrir. Exemples ci-d’sous ! (Photo : Nataly Adrian)

Pompe
– Y a un gars allongé à vingt mètres d’ici.

– Et ?
– Ben, comme je suis dans une caserne de pompiers et que vous-même êtes déguisé en pompier, je pensais que vous feriez le lien.
– Nan, faut appeler le 18.
– Allô le 18, y a un gars allongé en travers du trottoir, à moitié inconscient, devant mon immeuble.
– C’est un SDF ?
A priori non, mais qu’est-ce qu’on s’en fout ?
– Vous n’êtes pas avec lui ?
– Non, j’avais pas de portable sur moi.
– Ah, pourquoi ?
– Mais re-qu’est-ce qu’on s’en fout, à la fin ! Y a un gars allongé sur le trottoir, vous venez si ça vous chante, et vous venez pas si…
– Bon, ne quittez pas, je vous passe l’état-major.
(…)
– Bon, retournez auprès du blessé, on va vous envoyer les gars de la caserne d’à côté.
(…)
– Bonsoir, c’est vous qui avez appelé le 18 ? Pourquoi vous êtes pas venus nous voir directement ?

KRAKOWMa copse l’auteur Nataly Adrian m’annonce qu’elle vient de découvrir un bar avec cette vue. Du coup, c’est décidé, je vais à Cracovie dès aujourd’hui. Non mais ! (Je dois être trop émotif : moi, quand on me prend par les sentiments…)

WC R209:30. Arrivée après trois heures trente de téléportation. D’emblée, débat de fond sur les murs de l’université.
20151001_12562112:30. Après un cours, break au soleil. Youpi.
Léon Rennes18:00. Fin des derniers cours. Retour à la gare de Rennes. Toujours de l’humour.
TGV octobre20:00. Sur le retour. En pleine préparation pour…
RugbyEt boum.