Loge BastilleTravail sur un projet autour de l’art lyrique. Me voici dans « ma » loge. La confrérie des bricoleurs et as du BTP tient néanmoins à préciser que c’est bien une loge d’opéra, pas une loge maçonnique dans laquelle mon art de mettre du douze ne permettrait jamais d’être admis, même pour un projet.

La vedette de Radio-Courtoisie : le cochon anti-franglais

La vedette de Radio-Courtoisie : le cochon anti-franglais

Invité à Radio-Courtoisie par Vincent Beurtheret et Annette Ventana, pour y parler de L’Homme qui jouait de l’orgue. Par ma foi, qu’importent inepties et maladresses, on fait c’qu’on peut avec c’qu’on a, ma brave dame…
Première partie (12′) : devenir organiste


Deuxième partie (19′) : exercer comme organiste


Troisième partie (21′) : survivre comme organiste

Zozo… pour le moment reporté, mais j’ai bien rigolé en voyant le boulot fait backstage par l’éditeur.

Paris l'hiverRetour de rdv chez un éditeur, pensée profonde : le beau temps, c’est comme une rage de dents quand ça s’arrête. Nous ne voyons pas d’autre explication, bonsoir.

20151119_220717Romain Didier, c’est le maître-mâle du piano-voix. Côté féminin, plane, un cran au dessus peut-être, Marie-Paule Belle – c’eût été excitant de voir, pour tout un récital, Juliette seule au piano. Côté mâle, personne ne peut le contester, le seul à pouvoir maîtriser son piano tout en, sporadiquement, vous balançant une chanson qui vous dévaste, et, le reste du temps, en vous séduisant par la pertinence de sa mélodie ou de son groove (ses paroliers étant, parfois, pas tout à fait au niveau), se fait appeler Romain Didier.
Son nouveau spectacle, créé cet été à – et certainement pas en – Avignon, s’intitule Dans ce piano tout noir, début d’une de ses fameuses chansons. Articulé en trois épisodes plus bonus, il propose des séries de chansons enchaînées pendant vingt minutes environ, à peine interrompues, le temps de suçoter quelques goulées, par un fondu au noir, et tuilées par des interludes musicaux, parfois fondés sur des airs connus (dont des « tubes » de Barbara, Gilles Vigneault, Jacques Brel, Beethoven…), parfois organisés autour de chansons ou de modulations improvisées, parfois thématiques. Présenté comme une série de confidences, le concert balaye une large partie du répertoire de l’auteur-compositeur-interprète, en excluant systématiquement les chansons à caractère humoristique. Au point que le public se croit obligé de glousser bruyamment sur la chanson, plaisante, oui, virulente, oui, mais guère hilarante, pointant le rapport entre Gestapo, barbecue et vie mitoyenne…
Remarquable pianiste, grand timide devant l’Éternel (entre autres), Romain Didier trouve ainsi l’occasion de ne presque pas parler au public, en proposant un récital assurément original où sa voix, devenue beaucoup plus grave qu’à ses débuts, aligne les chansons connues ou moins courues avec constance. Étriqué au début, son organe s’affirme après une heure de chant, laissant quelques regrets – ah, si l’artiste avait osé se chauffer « avant »… Quelle joie d’entendre, à côté de hits, des titres comme « J’ai noté », interprétée parlando, ou « Si un jour, c’est fini » (malgré la difficulté de tonalité assumée à la quarte inférieure) ! Et cependant…
Oui, il y a un « cependant » dû à l’attente que l’on avait créée à l’idée de revoir un ACI aussi admirable. D’autant que l’on avait applaudi à tout rompre son précédent passage parisien au Vingtième Théâtre. Cette fois, le spectacle paraît à la fois différent, ce qui est joyeux, mais moins maîtrisé. Non à cause de rares « trous de mémoire » (y compris sur l’excellent « Ta mémoire », rappelant les trous du Vingtième toujours sur un sujet tout proche) ou des doigts qui rippent sur le clavier, à cause de modulations inédites ou d’arrangements spontanés ; plutôt par le choix de la linéarité que semble avoir fait l’interprète. Certes, on apprécie l’hommage rendu à Charles Trenet, à Michel Jonasz et à Gilbert Bécaud, interprété avec beaucoup de singularité ; on apprécie aussi le silence relatif aux attentats du 13 novembre, évoqués par une pseudo-citation pertinente en fin de bal plutôt qu’avec des larmes gnangnan qui eussent paru surfaites et plus charlies que sincères ; on apprécie évidemment l’évidente dextérité globale du musicien. Mais le manque d’aspérité du concert, l’absence d’interaction avec le public (elle fait à la fois l’originalité et, à notre sens, la limite de l’exercice), le choix d’un spectacle uni et uniquement sérieux, peuvent motiver une certaine déception devant un artiste dont il semble que, de la sorte, en dépit du travail fourni et de la dissonance de son spectacle dans un univers chérissant le lol et le répétitif, il ne rend pas compte de l’ampleur riche et variée de son talent.
Peut-être faudra-t-il attendre un prochain disque studio pour se laisser derechef stupéfier par Romain Didier comme on l’avait été au Vingtième théâtre pour le spectacle Au singulier. Cela ne doit pas empêcher de saluer le plaisir de retrouver un chanteur dans sa meilleure présentation (en piano-voix), ainsi que la performance qui consiste, en dépit d’un éclairage sans intérêt (la différence d’intensité se contentant de marquer le passage d’une chanson à l’autre), à faire coïncider chanson, piano, variété et même pop avec un talent patent fondé sur une remarquable maîtrise des codes classiques. Manqueront toujours l’évidence, la profondeur et la présence d’un Allain Leprest, soit. N’en éclatera pas moins la singularité gourmande d’un Romain Didier, aucun doute… surtout avec une voix retrouvée.

Laisse RERC’est une histoire qui commence comme ça. Par un long tunnel, avec une laisse et un lasso sur un siège. Puis ça continue avec Grace, championne du monde de câlins au point que je préfère la photographier comme ça, c’est plus simple :
20151121_102438Mais après une grande sortie (ce p’tit ressort n’était pas sorti depuis le 15 novembre !), je réussis à dérober un cliché un peu plus vraisemblable.
Grace sur le bancJe l’aurais bien emmenée dans ma poche, mais il paraît que ça ne se fait pas. Alors, je suis rentré avec elle, et j’ai aidé une postulante qui voulait adopter Looni, un mini croisé de ratier, car elle avait constaté que son mari alzheimerisé était plus calme avec un p’tit bonhomme. Après, ô esprit biographique quand tu nous tiens, j’ai croisé d’autres adoptants intéressés par Maïtika, un chiot berger femelle (non, on ne dit pas une chiotte) excellentissime. L’occasion de se faire de nouveaux amis à demi-rateurs parmi les caciques de la SPA (« on ne met pas les chiens en enclos avec les adoptants sans nous consulter, gnagnagna / – Attends, je suis là pour vérifier si tout se passe bien, ils sont contents d’attendre avec elle que vous rameniez votre fraise alors que vous êtes débordés, comme souvent le samedi, je vérifie qu’ils ne ne risquent rien / – Mais tu ne connais pas la fiche de l’animal, il faut nous demander, gnagnagna / – Écoute, ils sont sous le charme, les deux filles et la mère sont même en train d’appeler le papa tellement elles sont séduites, ils cherchent une jeune chienne comme Maïtika, ils veulent réserver spécifiquement cette nénette, où est la testicouille ? / – Mais c’est pas la question, y a des règles, gnagnagna »). Puis l’occasion aussi d’aller se promener avec la miss avec, d’abord une photo bien cadrée mais dans le mauvais sens…
20151121_120015Du coup, j’ai sollicité de sa bienveillance un remix de face qui rende compte de sa bonne bouille de chiot qu’on a envie, once again, de mettre dans la poche. Ça a donné ça :
20151121_120017Par conséquent, un, si vous voulez adopter Maïtika, a priori, il faut se bouger ; et, deux, ma réputation de smartphotographe naze semble faite. Même Lugelec, un adorable croisé labrador qui aime courir puis jouer et faire des gros câlins, a abandonné – à la millième tentative environ – l’idée de vous séduire par mon intermédiaire avec, dans son regard, un je-ne-sais-quoi qui associe la compassion avec la pitié or something.
20151121_122803J’essayerai de faire mieux une prochaine fois, mais je ne peux même pas promettre de ne pas faire pire. Malepeste !

20151113_213135Chers vous, vous êtes plusieurs centaines de milliers, à vue de fesse, à me demander si je suis mort ou plus si affinités, et je vous remercie de tant de sollicitude – point ne m’y attendais. Inch’Allah pouët-pouët, pour le moment, ça va bien. Pourtant, j’habite Paris, j’aime plutôt bien les Eagles of Death Metal (j’avais presque failli prendre un billet, mais j’avais jugé leur affiche aussi moche qu’un truc de Manowar, c’est dire), et je ne crois pas être le dernier à aller boire des coups quand cela se présente. Simplement, le soir du dernier tacatac boumboum en date, j’étais invité à applaudir à un spectacle de cirque conceptuel, loin des facéties dégueulasses qui furent accomplies ailleurs. Et j’ai même pas à me justifier, mârde.
En fait, hier soir, j’étais beaucoup moins en danger que le jour où j’ai été deuxième recalé à Normale Zup et où j’ai pris pour fêter ça le RER précédant celui qui a explosé, ou que le jour où j’ai expliqué à Luc Besson de fermer sa grande gueule et de me laisser bosser, ce que ses gardes du corps ont peu apprécié but that’s another story.
Bref, je n’étais pas Charlie, je ne serai pas Paris, mais je suis touché de votre sollicitude. Je vous saluerais bien bas, eussé-je été souple car, franchement, si c’est pour avoir survécu à ces saletés pour mourir d’une automutilation de la colonne vertébrale, merci. Alors, je vous salue juste avec reconnaissance, c’est déjà bien, non ?
Au plaisir de vous recroiser dans des bars ou à des concerts, métalliques ou autres, tant que nous survivrons aux cons en général et aux tarés en particulier,
Bertrand.

Le coupe-ongles de Saint-Martin DCMême quand le titulaire n’est pas là, on devine au coupe-ongles qu’il est la.

Conf débutEn ce début novembre, l’OuLiPo donne cinq conférences, autour des animaux, du sexe, de la boustifaille, des contes et légendes et mythologies, et des monologues-dialogues. Ça s’appelle Les Cinq coups de l’OuLiPo, et nous fûmes convié à assister à la première représentation de la conférence sur la boustifaille. Donc tact.
La conférence s’articule en deux parties. La première est une aimable série de lectures, plus ou moins abouties oralement, de textes écrits par Marcel Bénabou, Paul Fournel, Hervé Le Tellier, Olivier Salon et quelques figures de l’OuLiPo comme Georges Perec et Jacques Roubaud. Même si la conférence tire parfois à la concurrence de lol (les textes les plus sketchs sont applaudis par une assistance bien mise), même si les contraintes littéraires sont présentées sans effort de subtilité ou de pédagogie malgré la présence d’un écran vidéo dont meilleur profit eût pu être tiré, la variété des variations sur et autour de la table intéresse. De plus, la présence scénique d’Olivier Salon et de ses petites annonces, la diversité des personnalités, les jeux de mots – coup de bol – souples et potaches (les bigorneaux, je les veux big or no) ou plus intertextuels (Hervé Le Tellier propose ainsi « Trois sonates de bar ») et la provocation frontale (« Mille façons d’accommoder un chaton », accompagné de projections de chatons kawai, qui se conclut par « et si vous voulez mille autre recettes, remplacez chat par bébé ») agrémentent aussi ce moment. La parole circule parfois en cahotant, à la bonne franquette. Dévots (si, la franquette dévôts, ça s’imposait, comme on dit à Bercy) de l’OuLiPo et curieux apprécient ce moment entre gens bien, sans que, pour notre part, nous soyons tout à fait convaincu que cette façon de se mettre à table soit assez scénique pour mériter un écrin aussi agréable que la salle Jean-Tardieu.
La seconde partie de la conférence voit débarquer sur scène trois jeunes se revendiquant de l’OuMuPo. Les liens entre table et musique étant nombreux, on se réjouit de ce divertissement… mais pas longtemps. Le show s’ouvre sur un investissement de l’espace qu’aucun amateur digne de ce nom amoureux aurait osé rater aussi lamentablement. Confirmation est donnée par le morceau d’ouverture, une parodie de cantate de Bach où Judas casse la Cène parce qu’il ne veut pas ingurgiter de sang, de gluten (belle prononciation cependant), etc. Sur un principe peu original mais potentiellement drôle s’abat une chape de nullité : allusions mal maîtrisées, interprétation lamentable, gestion de la partition grotesque, cette bouillie n’a goût à rien. La suite sera de la même eau lavasse : utilisation pitoyable de l’ordinateur (« là, normalement, ça devrait marcher… ah non », diffusion de publicité américaine telle quelle, quête en direct des documents sur le disque dur, etc.), bonnes idées inabouties (brosse à dents diffuseuse d’extraits de musique), running-gags de débutants lourds et non maîtrisés (« nos avocats »), parodies de cinéma ou de Bernstein effarantes de vacuité voire de prétention (« je n’ai utilisé que des quintes justes, ce qui est une performance très difficile » quoique joliment accompagnée), et surtout final en forme de mash-up pour spectacle scolaire pourri (on prend un vers – et pas un verre, hélas – de chansons connues en projetant des images merdiques des interprètes, et voilà – aucun rapport avec le sujet, mais au moins les gens con[j’ai pas fini]naissent la musique, même chantée faux, ça leur fera plaisir). Scéniquement, c’est consternant ; et intellectuellement le côté improvisé, Bricolo et Bricolette au Rond-Point, sans faire illusion, pourrait faire allusion au bricolage propre à l’OuLiPo, si seulement du talent, du travail et des traits parfaitement aboutis permettaient d’apprécier l’amateurisme avec distance. Foin de pipeautage : que l’on autorise ces nuls à se produire sur une telle belle scène est attristant et ne grandit pas la pérennité de l’OuLiPo.
Conf 2En conclusion, on se réjouit tout juste que, à notre côté, une jolie gamine ait découvert pour la première fois, entre deux étirements, un « grand théâtre » en goûtant, surtout, « les illustrations grave stylées ». On souhaite, donc, à la miss de plus beaux souvenirs scéniques, et aux OuMuPiens de finir dans le micro-ondes des pitances de piteux parodieurs – et c’est tout c’qu’y a comme digestif à ce repas indigeste où l’on n’aura même pas eu réponse, maudits, à LA question vitale : c’est d’quelle couleur une pomme de terre­ ?

PhytoAutre projet de livre, qui s’annonce semi-croustillant. Suite d’une série d’entretiens, et lectures hyper techniques pour ne rien négliger (quitte à ne pas tout, tout piger). Au fait, si Pilipse veut m’envoyer une prime pour l’avoir ainsi promotionné, je suis totalement incorruptible mais j’accepte volontiers. Par respect, bien entendu.

Bens 1Pour commencer mon bénévolat du jour au refuge SPA de Grammont, j’étais colère. Comme une greluche m’avait fait chier avec les gros chiens gnagnagna pas capable mon cul, j’étais ben content – après avoir perdu dix minutes le temps que l’on me trouve un badge – de tomber sur Bens. C’est un jack mais sympa – si, y a beaucoup de jacks qu’il faut un peu réorienter, quand même. Je l’imagine pas rester deux cents ans au refuge. Subséquemment, je lui ai proposé de faire une pose genre king of the world. Ça a donné ça. 20151104_104212Après, les bénévoles sympa qui ne promènent que les petits volumes ont dû alerter les responsables, et on m’a confié Levi’s, croisé ici et décrit . De la pêche, du swing et un peu de swag, à tout le moins.
20151104_110751Du coup, j’ai proposé de réaliser une photo plus dans le swing, dans le swag, dans le move, en somme. Et voilà le résultat.
Levi's 4J’ai compris que j’avais affaire à quelqu’un qui a beaucoup d’humour, et j’ai levé un pouce qui likait. Mais, quand je suis rentré, j’avais envie de douceur. De féminité. De sensualité. Et j’ai eu comme l’impression que ça a inquiété Kyara, toute gentille et câline qu’elle soit.
Kyara 1Partant, quand je lui ai demandé de faire une pose moins stressée, plus conforme avec son caractère joueur, rigolo et zennzual, j’ai eu un tout p’tit peu l’impression qu’elle se gaussait de meuhwa.
Kyara 2Un tout p’tit peu, sans doute. Heureusement, je me suis dit : pô grave, je suis épuisette mais j’vas faire de jolies photos avec un quatrième monstre, Jeff, qui vient de débarquer. Surtout pour des fans de Jeff Tordo, que ces connards de L’Équipe TV et de BFM TV ont annoncé mort l’an dernier, mais ça n’a rien à voir. Donc Jeff, un adorable quasi-labrador sorti de la fourrière, dynamique et câlin,  adore jouer. Après l’arrêt « photographe officielle de la SPA » et avant qu’il se précipite pour faire des bisous à tous ceux qui passent (chiens, chevaux de la peuholice nationeuhale, jolies filles…), j’ai exigé une pose sérieuse…
20151104_120633… qui montre que je suis nul avec le double laisse-lasso, mais bon, personne n’en doute, je crois, à Grammont. Et après, j’ai suggéré une pose plus souple, où le funk soit davantage une philosophie qu’autre chose. Voilà le résultat.
Jeff 2Aussi simple et funky que Mlle Luluche, l’assistante de mon M. Chien, qui attendait mon retour autant que Dalida, ce me semble.
LulucheBref, à re-suivre.

Opéra de novembreLe projet de livre avec une fort enthousiaste vedette de la musique classique se met en place. Restent quelques zones d’ombre mais, pour le moment, ah, j’ai ri, comme on dit à Oran (par ex.), de me voir si belle, carrément, en ce miroir !