LIZARDL’auteur que je traduis m’annonce : « Écoute, pour une fois, ce que je raconte va vraiment t’intéresser. / – Il s’agit d’une copulation de reptiles ? / – Oui. » Dont tact.

Orgue de GroslayDevinette : quelle est la différence entre un organissse et un pilote de la GermanWings ?
Réponse : au pilote de son bolide musical, aucun organissse n’a jamais causé d’asssident. Lui.

20160327_132020Un clou a cru que je lui faisais manière de doigt d’honneur. Il n’a pas apprécié.

AMYObjectif de ce samedi saint : s’occuper des petits chiens tristes. Par exemple Amy, un monstre de puissance et un petit cochon gentil de caractère. Elle fait des groumf, des rrrrh, et, quand elle rencontre un arbre, c’est l’arbre qui lui laisse le passage.  Rigolo.
LOOKY et VEGANEnsuite, Vegan et Looky, importés de la Guadeloupe où, me souffle une bénévole, ils étaient peut-être destinés à servir d’appâts à requins. Les connards n’ont pas de limites, c’est à ça qu’on les confond avec les imbéciles.
MORDOCAprès, je rupère Mordoc. Un nom qui tue, un pelage bringé qui effraye, et en fait un p’tit bonhomme qui veut jouer, gambader, jouer, faire des câlins, jouer et se faire grattouiller. Aime bien ça, moi.
20160326_100442Et puis le chouchou, Mr Golan, que personne comprend pourquoi c’est qu’est-ce qu’il reste au refuge aussi longtemps.  Il est hyperbeau, encore plus que moi, c’est dire, hypergentil – mais bon, j’ai vu que Kitaro avait été lâchement rendu par son propriétaire, alors peut-être c’est mieux qu’il attende de trouver THE guy… Ce serait une belle résurrection pascale. Un dernier commentaire, Mr Chouchou al-Golan ?
20160326_100440Soit, je vais y aller. À la prochaine, et merci aux curieux bienveillants. (Quant à ceux qui jugent que, pour le site d’un auteur-éditeur-musicien, y a trop de chiens sur cette partie blog, qu’ils sachent tranquillement que, en toute franchitude, je n’en ai cure et que je les invite, avec la souplesse bien autochtonale qui structure cet espace, à s’aller faire lanlère.)

Salle Cortot 24 mars 201612 €. C’est la somme qu’il faut débourser en théorie pour profiter du trio Vitruvi, en « rédisence » (un p’tit effort sur la relecture du maigre gropramme ne ferait point de lam) à la salle Cortot. En réalité, on peut profiter de toute la saison pour 100 €, ou de 5 places pour 35 €… à rapporter aux 38 € (ben voyons) demandés par Philippe Maillard pour le concert unique, ta mère, de la star du clavecin français, Jean Rondeau, qui se produit quelques jours plus tard.
Le concept est parfaitement adapté à Paris. Il est excitant, accessible, appétissant à souhait et habillé d’un zeste d’humour : c’est dire si, sur le fond et la forme, on se réjouit de l’investissement de cet espace par la bande à Jérôme Pernoo, alias le Centre de musique de chambre. Dans un arrondissement déserté par les concerts classiques depuis le massacre de la salle Pleyel par les connards de la bande à cette ordure de Manuel Valls, proposer à l’École Nationale de Musique des concerts d’environ une heure, dans un espace ravissant, est un doigt d’honneur fort délectable tendu bien haut devant la médiocrité ambiante que les zélotes des élites imaginent séduire les fools.
Parfois, pourtant, la mise en musique de ce principe gourmand pêche un brin. Ce soir-là, accompagné d’un programme papier inepte mais d’une cordiale présentation orale, bilingue franco-britannique, le concert s’ouvre sur le nocturne D897 de Schubert (10’). À la réalisation, Niklas Walentin (violon), croisement facial entre François Trinh-Duc et la coiffure de Gautier Capuçon, Jacob la Cour (violoncelle) et Alexander McKenzie (piano), qui forment le trio Vitruvi, importé du Danemark. On apprécie alors leur souci de faire circuler le regard et la respiration, mais la nervosité d’Alexander (premier concert parisien pour le trio) lui joue des tours quand le solo de sa main gauche devient trop exigeant – la pédale de sustain ne peut tout gommer.
S’ensuit le Kromorsso de la soirée, id est le deuxième trio de Dmitri Chostakovitch (30’), qui s’ouvre sur un redoutable solo de violoncelle. Côté public, on regrette les abus d’esprit bon-enfant : applaudir entre les morceaux d’une composition appuyée sur des contrastes, c’est mignon mais c’est con car, dès lors, de contraste, plus. Enfin, moins. J’me comprends. Pour le reste, le travail des apprentis virtuoses est patent : contrastes et accents sont appliqués à bon escient ; souffle et variété animent sans trop faiblir la demi-heure de musique ; la recherche du souffle commun est à la fois audible et visible. Certes, autant que nous en pouvons juger, la justesse des cordistes laisse parfois dubitatif ; n’en reste pas moins que la jeunesse et l’énergie des interprètes rendent justice à l’inventivité de la pièce, laquelle s’amuse, tout en exigeant beaucoup des musiciens, de l’alternance d’atmosphères, de pulsations, de dynamiques, de constructions. Pas sûr que le bis, une pitite chanson danoise, placée après un tel mastodonte, rende vraiment justice au potentiel de ces jeunes gens, mais le côté « sympa » en sort, ainsi, indubitablement souligné.

Le trio Vitruvi. De gauche à droite, Alexander McKenzie, Niklas Walentin et Jacob la Cour.

Le trio Vitruvi. De gauche à droite, Alexander McKenzie, Niklas Walentin et Jacob la Cour.

La fin, admettons-le en dépit du projet pétillant qui la sous-tend, convainc moins. Sur le principe du « bœuf de chambre », elle propose à des musiciens extérieurs qui ont préparé une pièce de rejoindre, sans préparation préalable, les musiciens déjà sur scène. Ce soir, sous la houlette d’un cordiste copain de Jérôme Pernoo, assez connu pour ne pas se présenter (du coup, je le connais pas), le quatuor Ardeo, habitué du lieu, vient interpréter le deuxième Sextuor de Brahms (45’), Jacob la Cour jouant les seconds violoncelles. Donc, d’un, les deux tiers des musiciens ont pu répéter ensemble avant, contrairement au concept (« on découvre nos partenaires ») ; de deux, les deux tiers des musiciens précédents sont exclus. Partant, cela sonne faux, autant à l’esprit qu’à l’oreille. Le projet est absurde : une seconde partie plus longue que la première, à quoi bon ? Une œuvre aussi ambitieuse sans préparation collégiale, quel projet ? Le manque de synchronisation, moins dans les notes que dans l’esprit, entraîne des longueurs, des langueurs et des à-coups de nuance ou de tempi caricaturaux. Ajoutez à cela l’insupportable Mi-Sa Yang, qui croit malin de jouer du flamenco sur la scène en claquant des talons à chaque fois qu’elle s’emballe et place un sforzando (souvent, donc), vous comprendrez que trois quarts d’heure, parfois, en dépit de la performance consistant à jouer à six, sans répétition (mais avec reprise) ni gros accident, une musique souvent complexe à interpréter, c’est inutilement long, et cela peut vous gâcher le plaisir causé par une première partie digne et un projet roboratif.
Pour une première expérience, avis mitigé. À dé-mitiger, sans doute. Et pourquoi pas ?

Mouna de DamienLa Pâque approche. Si.
Ce jeudi de la sainte Cène, c’était donc l’heure de la mouna test, avec ses débats rituels : mie trop dense ou « comme en Algérie » ? fleur d’oranger pas assez présente ou soupçon d’erreur du mitron débutant qui aurait acheté de la fleur diluée ? abus du sucre en cristaux ou croûte craquante à souhait ? recette de Saïda ou variante Louise ? On a connu des meurtres pour moins que ça. Pour plus aussi. Parfois.

Non, la photo n'est pas mal cadrée. Mais il est des secrets qui doivent le rester, et pis c'est toi.

Non, la photo n’est pas mal cadrée. Mais il est des secrets qui doivent le rester, et pis c’est tout.

OSCARCommencer par promener les chiens de l’infirmerie et choper un Oscar, parce que y a pas de raison. Puis tendre bien haut un médius préalablement humecté à la salariée qui vous chasse de la main comme une mouche à merde quand vous venez la solliciter au nom d’adoptants potentiels. Et repartir vers Mabrouka.
MABROUKA Poursuivre avec Larrow. Il fait des câlins aux gens comme aux chiens ; il est ultra-énergique ; il adore courir dans les sous-bois, il sait s’asseoir et réclamer un apéro ; croquer une corneille ne serait sans doute pas contre sa religion. Quoi d’autre ?
LARROWJ’ai pas retrouvé Jully, mais j’ai quand même sorti M. El Tchútchú, alias el señor Golan, dit Rex. Parce que, et puis mârde, en attendant la suite, pom pom pom (en gros, hein).GOLAN mystérieux

Pour rimer avec prompte, la trompeteDéjà, acquérir un réflexe d’organiste non germanophone : « Peut-être que, en allemand, trompette se dit trompete ? » Puis revenir à la réalité : « Du coup, en allemand, on dit positif ou positief ? »
Carrefour des orthographes

On s'fait une toilette ?Je crains d’avoir compris pourquoi beaucoup d’organissses se disent catholiques : ils ont pris l’habitude de prier pour ne pas mourir électrocutés quand ils fréquentent des toilettes insalubres avant un enterrement. Ceux qui ne sont pas cathos doivent être des satanistes kiffeurs d’AC/DC.

GOLAN 20160312D’abord, aller à l’infirmerie pour l’engueulade qui met bien en forme (« Faut pas entrer ! / – On me demande de sortir les chiens qui… / – C’est pas la question ! N’entrez pas ! / – Va te faire bien emphysiquer, godasse »). Puis s’occuper du chouchou, Golan, ne serait-ce que parce que l’on n’a pas le droit de s’occuper de ses chouchous. Quelle meilleure raison ?
JUNIOREnsuite, Junior, un labrador à tête de dogue qui adore courir et faire ce qu’il lui plaît. Me rappelle quelqu’un mais j’me souviens pas qui…
SHADOWAprès, j’ai rendez-vous avec Shadow qui serait, selon les sources, un rottweiler ou un beauceron – de poche, de toute façon. C’est l’une des stars du refuge, si on en juge par le nombre de ses fans. Avec elle, y a de la course et du câlin dans l’air, le costume de travers ; on peut donc en toute confiance s’embarquer dans cette galère.
JULLYEt on finit par Jully, manière de malinois, triste dans sa cage mais passionné de câlins dès qu’il est un brin amadoué. Au point de vouloir finir par une pose bogoss. La classe, en somme. Enfin, en Hauts-de-Seine, pas en Somme, mais bon.
JULLY BOGOSSE

Brel 1664– Bertrand Ferrier, demain, premier show-case issu de votre projet de covers avec Fabrice Dupray.
– C’est précis.
– Êtes-vous au taquet ?
– Je suis simplement au bout de ma vie. La preuve en photo et en vidéo. Mais j’aimerais bien que ça plaise, parce que c’est très smooth and surf.

Jacques BrelC’est une brève issue d’un nouveau projet. Pardon, d’un new project : exploiter Fabrice Dupray pour qu’il chante ce qu’il veut. Nougaro, Julien Clerc, Brassens et surtout Jacques Brel. Mettre de la voix, de la trompette virtuose, du piano, des percus – faire de la musique, quoi. Et puis espérer que ça vous fasse pétiller. Moi, je fais ploum-ploum derrière. Voici l’instantané d’une répétition.

JH BF IMAGE … et c’est à tout le moins bien aimable à lui.

C’est pas gagné
Paroles : Bertrand Ferrier
Musique et interprétation : Jann Halexander

J’aimerais êtr’ cigarillo entre tes lèvres
Quitte à finir mégot crashé sur cendrier
J’aimerais êtr’ le nom des rues dans ton désert
La veill’ du carnaval sur ton Fleuve de Janvier
J’aimerais êtr’ chevauchée de tes Walkyries
Panda géant peinant dans ta plus belle Asie
Souvenir métalliqu’ de tes vaches qui rient
J’aim’rais être quelques promess’ de ton zizi
Mais, pour cela, il faudra que je te rencontre
Pour commencer, déjà, dans un tout premier temps
Puis, au moment où s’apercevront nos ombres,
Il faudra que tu te dis’ simultanément
« J’aimerais être renard sur ses feuill’ d’automne
Sa conversion d’ chasseur qui ne veut plus chasser
J’aimerais être l’odeur de sa tarte aux pommes
Son livre incomplet que l’on ne veut pourtant pas jeter
J’aimerais être sa musique préférée mêm’ si
Mêm’ si un connard l’utilis’ pour vendre des tampons
J’aimerais êtr’ le plus beau but de son messie
La plus bell’ pute de son palace à patrons »
Mais, pour cela, il faudra que l’on se rencontre
Pour commencer, déjà, dans un tout premier temps
Puis, au moment où s’apercevront nos ombres,
Il faudra que l’on se dis’ simultanément
« J’aimerais êtr’ sa ros’ tout’ neuve sans les devoirs
Sa plage d’Honolulu mais avec le métro
Son lundi matin autant que son dimanch’ soir
Le refrain qui court dans sa tête mais pas trop
J’aimerais êtr’ le tempo des bravos que l’on jette
La cir’ d’oreill’ qui’évit’ d’entendr’ quand on chant’ faux
Et puisqu’on est aussi intelligents que bêtes
J’aimerais êtr’ l’orgasm’ de son plus chaud porno »
Oui mais voilà, dès que l’on se rencontre,
Parfois un peu après si c’n’est aux temps premiers,
Souvent dès le moment où s’unissent nos ombres,
On s’aperçoit que c’est mignon… mais pas gagné

DANETTED’abord, visite à l’infirmerie pour une petite sortie avec Danette, Poppy, le p’tit-bonhomme-dont-j’ai-oublié-le-nom et le grand gourou Skippy.

Toutes choses ayant été faites par ailleurs, c’est l’heure du chouchou, Golan
GOLAN 03… lequel décide de me mettre dans la tête la chanson de Polo, « Les jonquilles ».
GOLAN 04Après, un échec triste : vingt minutes de négo n’ont pas suffi. Lizzie, abandonnée la veille, préférait ne pas sortir et hurler à la mort.
LIZZIEAlors, on a fait des câlins. C’est déjà ça. Ensuite, parmi les nouveaux arrivants, il y avait un mec qui avance, Hercule. Un ouf qui fait pom pom pom…
HERCULE 01… qui demande : « Chus mignon, quand même, hein ? »…
HERCULE 02… et qui, entre deux agressions de câlins, tente des sprinnnns pour tester les capacités pulmonaires de son promeneur.
HERCULE 03Enfin est venue Bianca. Du moins me l’avait-on annoncée. J’ai dû chercher cette nouvelle arrivante, bien cachée, faut l’admettre.
BIANCA 01Comme j’avais déjà échoué avec Lizzie, j’ai employé la manière ultraforte pour ne pas la laisser où elle était. Ce coup-ci, ça a marché. On est sortis.
BIANCA 02Donc elle a fait sa gossbell.
BIANCA 03C’était un peu trisssse de la quitter, mais j’ai senti qu’elle avait un dernier commentaire à faire. Alors, j’ai dégainé mon appareil pour une dernière pose… avant la prochaine.
BIANCA 04

20160303_225304Pas besoin d’être grand clerc pour voir que ce n’est pas grand-chose. Tu le sais bien, le temps passe, ce n’est pas grand-chose.

RER DrancyUne Rom qui demande argent pour manger bébé. Un rasta qui finit sa pelouse. Un couple tamoul qui s’engueule. Un djellabiste qui récite son chapelet. Un mec qui se demande si un G6 ne remplacerait pas avantageusement le banal E7 au troisième temps de la mesure 15 dans « Quand on n’a que l’amour ». Une Africaine qui mâche un truc peu ragoûtant en triturant son gros sac. Un Arabe qui insulte son interlocuteur au bout d’un GSM. Bientôt, il va pleuvoir sur la route d’Aulnay-sous-Répétitions, mais la météo n’en a rien dit.