Des cons posant le ton, décomposons le temps

– T’as 6 h de déplacement, ce credi ? C’est génial, surtout pour quelqu’un qui aime lire !
– Déjà, je lis kanchefeuh, donc chut. Mais baste, sot, je vais te spliker. J’ai pas 6 h de transport, j’ai plutôt ce qui suit.

Aller

  • 10’ marche
  • 5’ attente métro
  • 15’ métro
  • 7’ marche
  • 8’ attente départ train (précaution)
  • 15’ train
  • 10’ voiture
  • 20’ attente début célébration (précaution) [hors « retard »]

Retour

  • 10’ rangement église
  • 3’ attente chauffeur
  • 10’ voiture
  • 10’ attente train
  • 15’ train
  • 7’ marche
  • 5’ attente métro
  • 15’ métro
  • 10’ marche
  • Il manque 5’ : peut-être j’ai le droit de souffler ?

Comme j’ai de la chance, ce credi, je repartais l’après-midi. Mais t’as raison, pov’ naze : pourquoi les ploucs qui prennent les transports ne lisent pas davantage ? Moi, j’ai cunidé.
– Ouais, ben quand tu penses à tous les malheureux dans le monde, sans parler des migrants chez nous…
– CHTONC. Rien de personnel, hein : j’exprime le transport que mes pairs les privilégiés éprouvent pour la canaille de ton acabit. Allez, bisou.

Ce contenu a été publié dans Vis ma vie d'organiste, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.