Un vendredi loin

L’autre jour, j’estois convié sur les terres de l’Aga Khan. Comme il faisoit un petit vent sec et frisquet, je décidoi de seuhuivre mon hôteuhesse afin d’en boire un autre, de sec et frisquet, tout en sirotant le paysage. Mais n’estois-je point venu pour goûter aux charmes des tagada-tagada ? Il estoit temps de déraper…

Nouvelle vie

Même si, hic et nunc, PKJ m’explique que je ne peux plus traduire de livres pour filles parce que je ne suis pas une fille (sexisme, quasi racisme et découverte un peu tardive – ô scandale ! qu’attend la police pour s’activer ?), je me réjouis d’avoir vécu une époque où j’avais le droit de…