Coronavirus, mode d’emploi

Pour la santé de nos lecteurs (donc pour nous assurer de leur survie à long terme), nous éprouvons le besoin de leur rappeler les données essentielles à savoir afin de déterminer quelle attitude adopter en presque toute circonstance, tout en se protégeant et en protégeant les autres croyants de façon citoyenne, républicaine, crédule, responsable et…

La nuit est sans pourquoi

Quand la personne près de toi se lève dans la nuit et, laissant son visionnage Netflix sur pause, semble te délivrer un étrange message subliminal. Une parabole, préféré-je supputer car, à défaut des mot roides, je ne compte pas oublier le sablier.

Feu le tire-bouchon

À peine passée l’Épiphanie, voilà qu’il faut te rendre aux mages. Si nous sommes réunis aujourd’hui, et nous le sommes, c’est pour te souhaiter bonne route jusqu’à la poubelle puis vers ton crémateur. Tes flammes brûleront à jamais en nous, tant tu nous hépatites. Nous n’oublierons pas de sitôt la bonne humeur que tu apportais…

Joe-la-classe 2

En cette période que les pharaonistes présentent comme révolutionnaire, il est peut-être temps qu’une voix s’élève pour revendiquer ses privilèges et ses régimes spéciaux. Puisque personne ne se dévoue, autant que, sur ce post, résonne mon timbre. Oui, en tant que titulaire d’un orgue parisien, nulle peur d’être décapité me le fera nier : je…

Dans la lumière du froid

Hier soir, croyant entrer dans mon lit, j’entre dans un congélateur. Ce matin, croyant sortir dans la rue, je sors dans un congélateur. J’en déduis que mon pays, ce n’est pas un pays, c’est un congélateur.

Critique jetable

La chose est établie : les critiques sont tous de grands malades. Manteau sur la couenne, thermomètre dans la bouche et ordonnance à portée de main, nous avons trouvé les ressources pour livrer, enfin, au monde ébaubi, notre nouvelle recension. C’est le carton dont chacun, tel Hectuel, parle ! Dans ma bibliothèque de nouveautés, j’ai donc…

Stupéfiant

– Mais non, monsieur le préposé à la maréchaussée, je n’ai pas trahi le Porto et les gambas, voyons ! Simplement, j’en étais au dessert. Alors, oui, je l’avoue, j’ai pensé qu’un frouitoudeuh, ça passerait. – Un frouitoudeuh ? Arrête tes conneries. Y en a beaucoup, là. Quatre prunes, trois abricots, huit cerises… T’as les…

Aïe

Quand les démineurs parisiens ont su qu’il m’avait été apporté quelques périmées et feues bières Slavia des brasseries Demory, ils sont partis en vacances jusqu’à Pâques ou la Trinité. Trop d’anges heureux. « On peut être suicidaire sans être con », aurait stipulé l’un d’entre eux.

Décalage horaire

Les deux horloges de cette installation scientifique, « Le temps dissocié », prouvent que, plus on monte vers le ciel, moins le temps file vite : voilà enfin essspliqué pourquoi l’éternité est longue sur la fin.

T-t-t-t-t-technodance

Vous aimez la techno dance ? Appelez la CIPAV, calez une bonne beatbox dessus, et ça va zouker dans l’hiver universel des attentes interminables.

La faute au dard

Voici une photo d’art intitulée : Sentiment d’inutilité. Nous ne voyons pas d’autre efffplicafion, bonfoir.

Lire, disent-ils

Au-dessus, une bibliothèque que certains trouvent « chiante ». Dessous, la bibliothèque du cul. Un autre style.

Écrire, dit-elle

« Et on peut savoir ce que tu as fait, ce matin ? – J’ai bien bossé. J’ai écrit des tartines. »