Jann Halexander, L’Entre 2 (Angers), 1er mars 2024 – 1

  Hors des radars ? Peut-être, mais des radars des grosses machineries truquées, alors. Depuis plus de vingt ans, Jann Halexander deale sa came au goût de chanson cabaret, et ça va bien pour lui, merci. Le zozo a un charisme qui attire à lui des gens happés tantôt par son talent, tantôt par sa…

The Exterminating Angel, Opéra Bastille, 29 février 2024 – 1

  Captivant et dérangeant, le bloc de deux heures fomenté en 2016 et dirigé par Thomas Adès, sur un livret qu’il a co-écrit avec Tom Cairns en s’inspirant d’un film de Luis Buñuel, arrive enfin à Bastille dans une mise en scène de Calixto Bieito. Devant nous, une grande salle de réception blanche. Un lustre….

“Paris 1850”, Le Palais Royal, Salle Gaveau, 6 février 2024 – 3/3

  Dernier épisode de notre séjour à Gaveau du 6 février en compagnie de Jean-Philippe Sarcos dans un long prélude parlé, Orlando Bass pour un Quatrième concerto de Camille Saint-Saëns intense, et l’orchestre du Palais royal qui conclut la soirée en mode symphonique. Le fil rouge de ces trois derniers quarts d’heure ? Sic transit…

Beatrice di Tenda, Opéra Bastille, 9 février 2024 – 2/2

  Beatrice di Tenda est structurée en deux parties : la colère du duc Filippo Visconti (Quinn Kelsey) attisée par Agnese (Theresa Kronthaler) dont il ferait bien son quatre-heures alors qu’elle croquerait bien Orombello – c’est cette partie que nous avons évoquée ici, et la punition de Beatrice (Tamara Wilson), la femme de Filippo, et…

LukaSingsDylan, Backstage Montrouge, 8 février 2024

  Les connaisseurs, les spécialistes et les experts du GIEC (Globalement, Il Est Certain) le savent : globalement, il est certain que Luka a fomenté le meilleur tribute à Bob Dylan de tout l’univers environ. L’ex-vedette d’une multinationale a pioché dans le répertoire hénaurme du monsieur à 300 millions de dollars avec finesse, gourmandise et,…

L’art de Sylvie Carbonel (Skarbo) – 24/24

  Ainsi s’apprête à se boucler une aventure peu probable, commencée sur les fonds baptismaux du crowdfunding indispensable pour payer le label et l’INA au premier chef, mais aussi soixante ans plus tôt, en 1963, avec les premières captures de son par Radio-France, et recommencée il y a 72 jours, le 17 décembre, où nous…

Jean Guillou, Ombres et lumières (Augure) – 2/2

  Le hasard ou une édition avisée faisant bien les choses, aux huit Charpentes de Saint-Eustache, improvisées sur orgue en s’inspirant des œuvres de Félix Schivo, répondent huit improvisations précipitées sur piano autour du même répertoire graphique – six inspirations reconstituées diffèrent, deux s’assimilent. Nous avons évoqué tantôt les quatre premières, passionnantes. Risquons-nous à présent…

L’art de Sylvie Carbonel (Skarbo) – 23/24

  Jusqu’au bout, ce florilège de Sylvie Carbonel nous aura dérouté – ce qui, après deux mois de compagnonnage par notules interposées, n’est pas un mince compliment. Le dixième volume ne rassemble-t-il pas deux sonates pour violoncelle enregistrées en juin 1981, plutôt qu’une apothéose soliste que semble, d’ailleurs, suggérer la partition visible sur la photographie…

Tristan Pfaff & friends, Salle Gaveau, 7 février 2024 – 2

  Pour remettre le public du choc de “La fontaine d’Aréthuse” de Karol Szymanowski, évoqué ici, il était pertinent de proposer l’une des Sept chansons grises composées par Reynaldo Hahn sur des poèmes de Paul Verlaine. Marie Gautrot s’empare de “L’heure exquise”, un tube “infiniment doux et calme” qui se balance dans un ternaire confortable….

Alain Fourchotte, “Cordes tressées” (Triton) – 4/4

  Pour la dernière chronique relative au florilège consacré chez Triton à la musique de chambre d’Alain Fourchotte, maintenons notre conseil à tout auditeur souhaitant écouter Cordes tressées en général et le Freundlich trio en particulier : ne pas lire le livret. Le risque est grand d’apprendre que l’œuvre doit être comprise comme une “synthèse disjonctive…

L’art de Sylvie Carbonel (Skarbo) – 22/24

  Hétéroclite et stimulante : la dernière partie du neuvième disque inclus dans le best of Sylvie Carbonel associe Georges Hugon (1904-1980) et Alain Louvier (né en 1945) sous les doigts de la pianiste. Visiblement, de ce volet, l’éditeur n’a en partie cure, oubliant de mentionner sur le dos de couverture supra l’année d’enregistrement des…

“Paris 1850”, Le Palais Royal, Salle Gaveau, 6 février 2024 – 2/3

  Après l’interminable blabla évoqué tantôt (on nous souffle qu’il a été vivement suggéré par les sponsors, la culture étant soumise plus ou moins en catimini aux grandes entreprises et aux gros riches), surprise : l’heure de la musique est enfin venue. La révolution n’a pas dû déplaire aux sponsors s’ils sont incultes, mais le…

Jean Guillou, Ombres et lumières (Augure) – 1/2

  C’est l’histoire d’un mec, l’un des plus célèbres organistes de son temps, qui meurt en laissant des tonnes d’archives. C’est aussi l’histoire d’une association qui, sous la houlette de Giampiero del Nero et l’impulsion du duo Frédéric Brun – Vincent Crosnier, collecte, évalue, trie, hiérarchise, investigue, analyse, édite et publie presque régulièrement les plus…

L’art de Sylvie Carbonel (Skarbo) – 21/24

  Onzième des Vingt regards sur l’enfant Jésus, la “Première communion de la Vierge” d’Olivier Messiaen considère que, “après l’annonciation, Marie adore Jésus en elle” en ces termes :   Mon Dieu, mon fils, mon Magnificat ! Mon amour sans bruit de paroles…   Les indications ne manquent pas pour accompagner le “thème de Dieu”…

Beatrice di Tenda, Opéra Bastille, 9 février 2024 – 1/2

  Curieusement présenté comme un opéra féministe dans le narratif promotionnel, Beatrice di Tenda de Vincenzo Bellini, d’après un livret de Felice Romani adapté de Carlo Tedaldi-Fores, ressemble surtout à un échec commercial : le soir de la première, il reste des places dans toutes les catégories, ce qui est rarissime. Pourtant, le projet est…

Alain Fourchotte, “Cordes tressées” (Triton) – 3/4

  Après un trio puis un duo, voici venu le temps d’un quatuor : la monographie d’Alain Fouchotte joue la carte de la diversité. En témoigne cette pièce en cinq actes, composée en 2009. Le premier mouvement s’engage sur des terres mouvementées et dramatiques entre attaques et tremblements, grave et suraigu, permanences et mutations de…

L’art de Sylvie Carbonel (Skarbo) – 20/24

  Des lieder sans parole, même en 1866, ça n’a rien de bien nouveau ! Felix Mendelssohn-Bartholdy a bouclé ses huit recueils en 1845. Pourtant, Les Chants du Rhin ont leur petite originalité : ce sont des chants sans paroles mais avec du texte puisque Joseph Méry a écrit des stances spécialement pour inspirer le…

Tristan Pfaff & friends, Salle Gaveau, 7 février 2024 – 1

  “Dans la musique, j’aime deux choses, expliquait feu Dio, chanteur de metal de son état : la musique et la camaraderie.” Sans doute Tristan Pfaff n’aurait-il point expliqué autrement son désir de transformer son récital à Gaveau par une scène partagée avec la soprano Erminie Blondel, la mezzo Marie Gautrot, le baryton Laurent Arcaro,…

L’art de Sylvie Carbonel (Skarbo) – 19/24

  Second récital imaginaire proposé par le coffret Sylvie Carbonel que vient de mettre en vente Skarbo, enregistré en 1963 et 1980, le programme de musique française – cité en gros dans l’image supra – met plus qu’en appétit. En effet, cacher le composite sous l’unité peut donner un guide d’écoute, fût-il techniquement artificiel ;…

“Paris 1850”, Le Palais Royal, Salle Gaveau, 6 février 2024 – 1/3

  Vous venez assister à un concert au programme plaisant, et voilà que vous vous retrouvez face à une triple forme de radicalité. La première, c’est le taxisme alla francese. En effet, quand vous achetez un billet pour la salle Gaveau, vous payez certes votre billet – en tout cas, certains s’y plient. Pour autant,…

L’art de Sylvie Carbonel (Skarbo) – 18/24

  L’influence posthume de Brahms est réputée avoir animé le jeune Arnold Schönberg, alors qu’une partie de la musique faisait sa transition vers les multiples formes d’atonalité. C’est sans doute pour cette raison que les Drei Klavierstücke op. 11, composées en 1909, douze ans après la mort du barbu, ont été choisies pour compléter (un…

Le retour de l’autre Bob

  Cet homme, qui confond bob et canotier fleuri, nous rappelle que Bob Dylan, avant d’être un marmonneur inaudible et un prix Nobel donc un gars surcoté, était un grand songwriter, protéiforme, tonifiant, engagé, intelligent, malin et, si si, euphorisant. Après deux dates triomphales, Luka, qui vient de sortir son nouveau disque feat. son hit…

Alain Fourchotte, “Cordes tressées” (Triton) – 2/4

  Après un trio pour cordes, la monographie d’Alain Fourchotte s’enrichit d’un duo pour violon et piano intitulé Espoirs et articulé en quatre mouvements trois lents et un rapide (le troisième). Composée en 2011 et dédiée à Saskia Lethiec, qui tient ici le violon au côté de son complice coutumier Jérôme Granjon, elle évoque “les…

L’art de Sylvie Carbonel (Skarbo) – 17/24

  Ceux qui aiment le biscornu, l’inattendu et le mystérieux en sus de la belle musique devraient adorer ce florilège de Sylvie Carbonel. Nous voici au huitième disque, et c’est peu de dire que les galettes se suivent sans se ressembler. Tantôt bien garnies, elles sont tantôt plus légères (39′ pour cet album, à peine…

Alain Fourchotte, “Cordes tressées” (Triton) – 1/4

  Prélude   Reconnaissons qu’il n’est jamais facile de rendre compte de quoi que ce soit. Ainsi, vin, tableau, musique échappent à notre capacité de verbalisation. C’est le principal projet des chroniques que je publie ici : travailler le langage pour rendre compte d’une sensation, d’une intuition et d’une opinion sans considérer que l’affirmation se…