Bien accompagné 21

  Il semblerait que les inspecteurs Sleepy & Partners ne seraient jamais passés par l’orgue de Saint-André de l’Europe. Pour l’occasion, ils ont donc mandaté un stagiaire chargé de jauger la granularité sonore de l’instrument. Singulièrement, après avoir jaugé « les vibrations du moment », le spécialiste a considéré avec intérêt la proposition de visiter l’intérieur de…

Saxo piccolo et compagnie

  Armé de son saxophone sopranino, Pierre-Marie Bonafos est venu souffler deux inédits en vue du cyberconcert Komm, Bach! du 21 juin. Il lance ainsi, avec chaleur et dans le froid, avec légèreté et profondeur, avec brio et intériorité, la série des captations programmées en l’église Saint-André de l’Europe pour la clôture événement du festival….

Un caprice, et c’est pas fini !

  Non, c’est pas fini de prendre l’orgue au sérieux sans pour autant se priver de petits plaisirs volés aux pianistes et adaptés à la mode organistique – après tout, les pianistes nous le rendent bien… En tout cas, c’est pas fini avec Hervé Désarbre, sérieux organiste porté sur le dénichage de pièces inattendues et…

Faites la fête des faîtes

  Oh, ce n’est pas une défaite, c’est plutôt une fête : l’association paroissiale « pour le rayonnement culturel de l’orgue » qui finance la graphiste et le concert exceptionnel (annulé cette année suite à la démission du pianiste) indispensables au festival, envisage d’annuler les prochaines éditions du festival Komm, Bach!, va savoir pour financer qui ou…

Voulez-vous danser avec moi, ce soir ?

  Ce soir, l’orgue danse. Bringuebale. Facétise. Grotesquise. Entre carillon et cirque, Hervé Désarbre propose de mettre le feu à nos dancefloors intérieurs. Alors, voulez-vous danser avec moi, ce soir ?    

Le concerto pour hautbois le plus soufflé du monde

  Grâce à Johann Sebastian Bach, Alessandro Marcello a composé le concerto pour hautbois le plus joué au monde par ceux qui ne savent pas jouer du hautbois. Ça s’appelle le BWV 974, c’est pétillant et joyeusement exécuté ici par le très sérieux et non moins musicien Hervé Désarbre.    

Hervé Désarbre est retombé en enfance

  Heureuse nouvelle : avec l’aide de Pierre Cholley, Hervé Désarbre est retombé en enfance… à l’occasion du concert d’inauguration de Komm, Bach!, cinquième saison. C’était en septembre 2020 et, ma foi, ces enfantillages n’ont pas pris une ride.    

Sautillons, vertuchou !

  Ne vous fiez pas à son air sévère : Hervé Désarbre a toute la finesse et la malice indispensables pour jouer une sonate frétillante de Carl Philipp Emmanuel Bach. La preuve ci-dessous !    

Une cavatine pour la route

  Voici le tube de Jo Raff, op. 85 n°3 de son petit nom, transcrit pour tuyaux par Aloÿs Claussmann : un peu de mignonnitude dans un monde souvent dégueu, injecté par l’imperturbable clergyman bien français qu’est Hervé Désarbre. Joie.    

L’arrêt public des prêtres en marche

  Un peu d’opéra qui charme : c’est par cette astuce que Hervé Désarbre concluait son concert inaugurant la cinquième saison du festival Komm, Bach!. En cette période de pilules amères, il était temps d’offrir aux gourmands ce petit bonbon. Bonne savourade à tous !    

Aujourd’hui, je bois rouge

  Lorsqu’il lança, tout seul comme un grand, la cinquième saison du festival Komm, Bach!, Hervé Désarbre choisit d’ouvrir deux bonnes bouteilles, extraites d’une suite œnologique germano-californienne. Après le Gamay, voici le Syrah. Comme on ne dit plus aux États-Unis, Tchine !    

À la vôtre !

  Lors du lancement de la cinquième saison du festival Komm, Bach!, Hervé Désarbre a débouché deux bouteilles offertes par Hans-Uwe Hielscher. Voici la première.    

En processus 2

  – On n’a pas eu le temps de tout enregistrer pour le concert de novembre… – Ben, c’est pas grave, avec l’autorisation du curé et la validation des gestionnaires du planning paroissial, on en remet une petite dans la cheminée quand vous voulez, non ?     – Ah ben, vu comme ça… –…

En processus

  Ces jours-ci, on enregistre à tour de bras. En ce moment, ça sent plutôt l’orgue-et-trompette, même si Guy Touvron a de sacrés airs de Romain Didier…

Ding dong

  N’en déplaise aux puissants, réveillons-nous. Le pouët-pouët suivant peut joyeusement nous y aider.    

Maintenant, deuxième

  Deuxième épisode du cycle lumineux de Matthias Pintscher, « Now II » traque la lumière noire à l’aide des cordes d’Emmanuel Acurero. L’oxymoron vaut le coup d’oreilles.    

I have a dream (and you can watch it)!

  Avec près de 300 vues en à peine 36 h, le cyberconcert du festival Komm, Bach! réunissant orgue et chœur de jeunes filles a rencontré un franc succès d’emblée. Désormais, il est disponible en replay, avec une set-list diversifiée et un coquetèle d’émotions à savourer sans modération. Pour les curieux, voici le programme ;…

Soyons Polysons

  Le gouvernement interdit les élections et les rassemblements culturels – sans doute une coïncidence. Qu’importe, on continue. Ce samedi soir, en toute légalité, profitez d’un concert associant le chœur des Polysons – de jeunes chanteuses de Belleville managées par Elisabeth Trigo – et l’extraordinaire lutin des orgues, Jorris Sauquet en personne. Une heure de…

Quand, malgré tout, le charme flamboyant opéra

  Voici le moment polémique. Chacun sait que, plus que la chasse, je vomis les chasseurs, ces pleutres dégueulasses, qu’ils soient habillés en kaki ou de pourpre et d’or. Y a pas de bons ou de mauvais chasseurs, y a que des p’tites merdes qui se croient puissants parce qu’ils ont un fusil et qu’ils…

L’heure fantaisiste

  Le monde est beaucoup trop sérieux pour les poètes et les ploucs. Évadons-nous, chers collègues, sur les ailes d’un violoncelle inspiré donc inspirant !    

Une petite musique de nuit

  Captation en cours, cette nuit, pour un prochain concert YouTube du festival Komm, Bach!. Des coulisses, le rangement paraît un peu perfectible, mais on n’a plus que 18 h 52′ de bande devant nous – pas le temps de faire dans le détail-qui-ne-se-voit-pas…     On vous attend presque déjà bientôt ; et, comme…

Seul ou seul à plusieurs, c’est toujours seul

  Le jour de ton décès, ils pourront être trois ou moult à regarder le bois, ils pourront remplir une collégiale ou se perdre dans une petite église, une chose est sûre : comme tu le savais, tu seras mort seul.     Jusqu’au bout Frederik Mey aura raison… mais, si l’organiste est honnête (ça…

Ouvrir

  Toujours être du bon côté des barreaux (à la lisière, stipulerait Clarika), afin de bondir quand la cage s’ouvre. Quand la suite s’ouvre, c’est bien aussi, semble nous signaler Bruno Beaufils de Guérigny, qui offrit cette première diffusion YouTube au festival Komm, Bach!.    

Les bourrées de la çuite

  Danser le postérieur vissé sur sa chaise, les bras encombrés d’une grosse calebasse DeLuxe avec des cordes, une baguette avec des cheveux à la main, est-ce possible ? Pour certains, oui. Démonstration avec Emmanuel Acurero, le violoncelliste dont le CNSMDP continue d’admirer les prouesses, tant en musique d’antan qu’en musique contemporaine – ici en…