Le festival Komm, Bach! revient dès le 23 septembre…
Lancé pour fêter le come-back de l’orgue, tout en invoquant le Maître grâce à une pièce de Johann Sebastian dans tous les concerts (sauf un, c’est vrai), le come-back fait son retour. Le festival s’appellera donc Komm, Bach!², soit le come-back du come-back, donc Komm, Bach! au carré.
Bref, voilà l’programme, qui se déroulera à Paris juste à côté de la place de Clichy, avec des grrrands artisss, des entrées toutes libres, un cocktail et des retransmissions sur écran géant sauf souci technique. Prenez date si le grouve vous en dit !

Jouer les deux grands Bachs (JS et CPE), bifurquer vers les transcriptions pyrotechniques de Guilmant, taquiner la musique de Debussy, transcrire le Charles Gounod symphonique, friser les fantaisies de Vierne et de Saint-Saëns, voire tirer les moustaches à Mr Widor himself : voilà le genre de récital que l’on vous promet aimable car virtuose, malicieux et intelligent.
Celui qui l’a fomenté est un gamin de 44 ans. Il venait d’avoir dix-huit ans quand il entrait en cycle de perfectionnement en piano (classe de Maud Garbarini au conservatoire de Corbeil-Essonnes) et remportait le prix d’honneur, degré Excellence, au concours Léopold-Bellan. Insuffisant pour lui. L’année suivante, il remportait le prix d’excellence dans la classe de Bruno Mathieu, au conservatoire de Melun. Dans la foulée, au CRR de Paris (alors Conservatoire Supérieur – CNR), il engrangeait les distinctions (Premier Prix du cycle supérieur de formation musicale, dans la classe notamment de Christine Morel) et les récompenses (Premier prix d’orgue au concours de l’UFAM, 1997 ; même sanction au Concours d’Île-de-France en 1999). Licencié en musicologie, il enseigne dans plusieurs conservatoires parisiens, réfléchit à une méthode de formation musicale avec son ex-prof Marguerite Labrousse, et grimpe comme titulaire dans quelques-unes des plus belles tribunes parisiennes : après Saint-Denys-du-Saint-Sacrement, il est le patron des orgues de Saint-Honoré-d’Eylau.
Viendez l’applaudir, on s’ennuiera point ! Et, d’ici là, rendez-vous sur Facebook