Photo : Bertrand Ferrier

On va pas se mentir. D’après les maîtres, structurellement, un chien adore son maître. Rien que voir cette merveille de la nature, si généreuse en dépit de sa séquétude, est un bonheur de tous les moments pour l’animal. Sans rire.

Photo : Rozenn Douerin

Être plus proche du maître qu’un brin de paille ne l’est de son voisin de botte : voilà l’objectif de tous les instants que tâche de remplir le chien. Il ne peut supporter de se masquer à la vue de son maître, surtout pour lui signifier qu’il a faim ou que le deux-pattes est trop lent.

Photo : Rozenn Douerin

Bon, peut-être l’exemple photographié ici n’est-il pas nickel, nickel. Il n’empêche que cette confiance mutuelle rend le maître assez confiant pour laisser son esclave libre, même sur une six-voies très fréquentée.

Photo : Rozenn Douerin

Du coup, mieux vaut tirer (j’ai pas fini) le rideau. La sieste, c’est comme l’apéro : c’est toujours l’heure pour s’y astreindre. Sur ce point, au moins, homme et chien se retrouvent, na.

Photo : Bertrand Ferrier

 

Les Parisiens inventent le sapin de Pâques

Mesdames, messieurs les Parisiens, Pâques est passé. Si. Nan mais chupolo pour tépatr. Merci de jeter vos sapins bien emballés, comme ce premier avril, afin que M. Chien les arrose d’une dernière proposition urinaire. Youpi, et à Noël prochain.