Ce moment où, pour 2 h 30, tu comprends pourquoi être rganiss, c’est coule. Car, non, tu ne pars pas en vacances – tu es trop petit pour zapper deux mois de casuel, mais voici août, c’est la night et t’es au centre d’un Paris vidé, donc tu vas répéter en p-a-i-x, sans faute de rtograf. Et, après une première mi-temps en solitaire, tu vas pulser en compagnie d’un trompettiss pomme-pet-deup, pour un concert qui te tient aux entrailles. Quoi d’autre ?

20150705_200015Suite au concert du 14 juin, invité avec le trompettiste Rémy Richard par Culture Espérance Roquette au banquet de fin d’année sur la terrasse de l’église Notre-Dame d’Espérance (Paris 11). C’était chouette, même si, pour citer Anne Sylvestre, peut-être sur la fin, on aurait pu un p’tit coup d’vin mais allez, c’était bien. Très bien, même.20150705_195136

Des clefs, des vraiesPour accéder à l’orgue d’Écouen, il faut d’abord jouer d’un vrai, d’un beau trousseau.

La console avant le concertEnsuite seulement, on peut profiter d’un instrument jadis historique, désormais en voie de décomposition avancé, qui attend sa résurrection dans un environnement professionnel. Pour preuve, Mathieu Lours, le titulaire, a bien rangé son bordel pour notre venue. Ah non, pardon excuse, je devais écrire : Mathieu Lours, le titulaire, a choisi de laisser les musiciens prendre leurs marques dans une ambiance cosy et décontractée, où le cool est le néo-bordel.

Le détail qui tue et qui sauveSuite à la chute et à la disparition dans le meuble d’un bitouniou permettant, sans aucune justification technique, d’éviter les cornements, nous avons sollicité l’assistance de saint Joseph, sans lequel ce concert aurait ressemblé à un long et lancinant couac d’une heure environ. À l’ex-Cité de la musique, ce serait un mélisme ductile très stable qui assure une assise formelle séduisante lors d’une prestation de l’Ensemble InterContemporain – pour le Festival du Connétable, ç’aurait juste été sa mère pas possible.

Public 1Et c’eût été dommage, car le public était venu battre les records d’affluence dans l’église, au point que le monument a dû être fermé dix minutes avant le concert car la jauge maximale était déjà largement dépassée. Yes, sir – comme dirait (as might say, du verbe to say, said, said, saiden, saidenned et je me souviens plus de l’ablatif irrégulier) peut-être (maybe, perhapswho knowsas far as she’s concerned, where is my umbrella) Françoise Dauchel, l’organisatrice ex-prof d’anglais, et son époux-présentateur.

Public 2Bref, merci, mon public. Mon public à moi. À moi tout seul. (Et surtout au trompettiste Rémy Richard, mais bon.) Grâce à vous, à Mathieu Le Cosy, aux organisateurs et au pouët-pouëtman professionnel qui m’accompagne, ce dimanche de Pentecôte, j’ai donné un joyeux concert orgue et trompette à l’église Saint-Acceul d’Écouen.

ORGUE ET TROMPETTE9 h 30 : messe à Notre-Dame des Champs (Paris 6).
11 h : messe à Notre-Dame des Champs.
16 h : concert à la Chapelle de l’Agneau de Dieu (Paris 12, sortie de Gare de Lyon).
19 h : messe à Saint-André de l’Europe (Paris 8).
Ne pas inverser les églises, ne pas inverser les églises, ne pas inverser les églises. Prions donc, mes frères, et au plaisir de vous croiser, par exemple à 16 h !