La vie est une bagatelle – parfois de Tomo Hirayama

  Depuis la centaine de concerts d’orgue-et-pas-que organisés après la restauration de l’orgue en octobre 2016, le festival Komm, Bach! que je coordonne as much as possible espère offrir gratuitement aux mélomanes et aux curieux des musiques d’antan, de jadis, de tantôt et d’aujourd’hui. Grâce à Jasmina Kulaglich, le Premier confinement nous a permis de…

Soyons délicats

C’était le moto de la chanteuse Arielle (pas Dombasle) lors de sa dernière tournée connue : soyons délicats. Ce qui, investi par des gens de goût et surtout pas de simple bon goût, n’a rien de mou ou de conventionnel. En témoigne cette sonate de Scarlatti dont l’impressionnante Jasmina Kulaglich rend rondeurs et contrastes, pleins…

Élégance de la suspension

Après avoir faufilé la « Rêverie » de Debussy, Jasmina Kulaglich a déniché celle de Borodine. Un délice de finesse techniquement remarquable, musicalement saisissant et humainement éloigné du m’as-tu-vuisme si prompt à résumer la musique à de la mécanique circassienne plaquée sur du vivant. Une belle façon de raconter une autre histoire. Retrouver le concert en intégralité…

Miracle du songe

Avez-vous remarqué comme, en rêve, tout semble couler de source – au point que notre marge de manœuvre est digne d’une version démo de jeu vidéo ? Avec les grands pianistes, c’est un peu pareil : quoi qu’ils jouent, ils donnent cette impression de fluidité qui vous suggère l’idée que c’est facile. Alors que c’est…

Points de suspension

  Défricheur de répertoires rares, contemporains et souvent minimalistes, Nicolas Horvath explore avec gourmandise les trouvailles de jeunes compositeurs à qui il offre une vitrine luxueuse. En témoigne cette proposition de Melaine Dalibert, mise en valeur – pour le concert des Paysages intérieurs – par un jeu associant concentration et velouté.    

Invitation à la lévitation

  Quand un grand virtuose joue la musique qu’il aime, parfois, on se dit que tout le monde pourrait la jouer. Puis, quand il la joue, on se dit que l’on s’est bien trompé, y a quand même de la plus-value dans l’air. Nicolas Horvath fait partie de ces frustrateurs. Malgré nous, on s’en réjouit….

Nanda renaît

Il y avait comme un air d’été dans la proposition de Jann Halexander, pour son tour de chant « Revivre. » où je l’accompagnais. Il y avait aussi comme un air d’été quand Nanda est venue faire une apparition – pardon, un feat. – et nous proposer de revivre. Hey, maybe it’s summertime again…    

Succès doré

  Parmi les golden hits du piano, celui-ci tient le menton à beaucoup de pièces spectaculaires. L’interprétation très concentrée que Nicolas Horvath a offerte au festival Komm, Bach! lui rend sa simplicité profonde. Joie !    

Dans le mystère suspendu

  Que les amateurs d’un piano exubérant veuillent bien chercher leurs pains quotidiens ailleurs. Aujourd’hui, les petits marteaux vont offrir des pointillés aux auditeurs, mélomanes ou curieux, grâce à cet extrait choisi du concert Komm, Bach! précisément nommé Paysages intérieurs. Grâce et mystère nous accompagnent !    

Retrouvailles

  Le plaisir de la mélancolie russe sous les doigts de Jasmina Kulaglich – ou la joie de retrouver une artiste du festival Komm, Bach!, même si c’est pour évoquer une séparation…    

En fanfare

  Une des premières pièces et une des œuvres les plus spectaculaires d’un compositeur soviétique plus tard vilipendé pour son omnipotence malsaine : voilà à quoi Jasmina Kulaglich s’attaque avec la virtuosité et l’énergie indispensables. Accrochez vos oreilles avant d’appuyer sur « Play », puis bonne écoute !    

Entre ciel et Terre

  Parmi les splendeurs de la catastrophe (parfois), ces œuvres que nous créons en nous inspirant d’un décès. Illustration avec une miniature suspendue comme un jardin, signée par Peter Eötvös et interprétée par Jasmina Kulaglich.    

Myriam Barbaux-Cohen joue Enrique Granados

  Myriam Barbaux-Cohen le reconnaît, le revendique même : elle n’a pas le bon blason pour devenir une « grande soliste internationale ». Sa faute originelle ? Avoir, certes, un Premier prix de piano et un autre de musique de chambre du conservatoire de Gennevilliers ; avoir certes la plus haute distinction du conservatoire Serge Rachmaninov…

Oun bacâtil

Le général du Fil à la patte l’eût dit en applaudissant Lucette ou Jasmina Kulaglich : « Ma c’est oun bacâtil ! » Il n’eût point eu tort, cet ex-ministre désormais condamné à muerte.  

Splendeurs de la catastrophe, les artistes : Jasmina Kulaglich

Déjà de l’aventure lors des Petites symphonies pour un nouveau monde, Jasmina Kulaglich est de retour – cette générosité se souligne – au festival Komm, Bach! pour l’événement programmé ce samedi 9 mai, à 20 h 30, en Première YouTube : les Splendeurs de la catastrophe ! Premier Prix du CNSM de Belgrade et lauréate de…

Petites symphonies pour un nouveau monde : « Mazurka »

Second extrait des « petites symphonies pour un nouveau monde » offertes par Jasmina Kulaglich, cette mazurka oscillant entre brio, énergie et fragile équilibre, comme pour traduire un feu intérieur indispensable pour aller de l’avant, vivre pleinement ses émotions et exister par la musique. Celle que l’on écrit, que l’on joue ou que l’on écoute, coda incluse….

Petites symphonies pour un nouveau monde : Hélène de Montgeroult

Parmi les virtuoses qui ont participé au concert du 28 mars, le plus dingue, et de loin, s’appelle Nicolas Horvath. Redoutable manipulateur de clavier, l’homme ajoute à cette caractéristique une forte dilection pour la musique minimaliste, l’exploration de répertoires multiples et les concerts de plus de douze heures. Mais même les miniatures d’1’40, ça lui…

Petites symphonies pour un nouveau monde : les artistes (3)

Ce soir, à 20 h 30, ils seront six à se produire pour un concert exclusif diffusé sur la chaîne YT du festival Komm, Bach!. Les quatre premiers zozos ont été présentés ici et là. Subséquemment, il nous reste deux olibrius à découvrir. « Olibrius », le terme n’est point trop saugrenu. Pourtant, Christian Chamorel, le premier…

Petites symphonies pour un nouveau monde : les artistes (2)

Le samedi 28 mars, à 20 h 30, le festival Komm, Bach! réunit six concertistes internationaux pour un concert exceptionnel diffusé sur YouTube et intitulé Petites symphonies pour un nouveau monde. Le concert s’articulera autour de pièces pour orgue et saxophone, présentés tantôt, et pivotera autour de pastilles distillées par pianos et clavecin. Quatre invités…

Davide Macaluso, Jean Guillou pour piano, Augure (2/2)

La curiosité est un joli défaut, si elle incite des lecteurs du présent billet à écouter l’œuvre pour piano de Jean Guillou, dont nous avons tantôt évoqué la première partie. D’autant que la seconde partie de ce double disque se place sous les auspices intrigants des augures… Augure Prêtre interprétant des signes, signe à interpréter…

Cyprien Katsaris, Fondation Louis Vuitton, 10 janvier 2020

C’est acté : les habitués de ce site savent que j’aime beaucoup Cyprien Katsaris. D’abord parce que ça envoie, ça rebondit et ça n’a cure des bienséances de pacotille qui cloisonnent le business de la « musique savante ». Ensuite parce que c’est un homme de parole, ce n’est pas rien. En outre, je crains avec joie…