Éloge anthume post-mortem

En 2010, paraissait De Sarcelles à Compostelle. La mémorable histoire des deux fous qui voulaient voir Saint-Jacques (Les Portes du Soleil) – un récit de voyage de Mathieu Lours auquel j’avais prêté la patte. Ce récit trépidant (et en vente ici, faut pas déconner) était émaillé de portraits. Dont celui d’Odette, qui vient de décéder….

Simple comme du Husserl

Pour allumer l’orgue de Saint-Acceul d’Écouen, il suffit de… Oh, et puis, lisez, mârde. Parce que, après, le plus compliqué reste à venir.

Un peu d’orgue, mais avec courtoisie !

Invité à Radio-Courtoisie par Vincent Beurtheret et Annette Ventana, pour y parler de L’Homme qui jouait de l’orgue. Par ma foi, qu’importent inepties et maladresses, on fait c’qu’on peut avec c’qu’on a, ma brave dame… Première partie (12′) : devenir organiste Deuxième partie (19′) : exercer comme organiste Troisième partie (21′) : survivre comme organiste

Missa manga

Sur une idée et des propositions de Mathieu Lours, pour fêter ses vingt-cinq ans de squat à la tribune de Saint-Acceul d’Écouen (Val-d’Oise), j’ai arrangé quelques tubes de dessins animés d’antan en chants de messe pour une inoubliable, au moins, Missa manga. Voici quatre extraits du nouveau kyriale. Le Kyrie est adapté de « San Ku…

Écouen, Festival du Connétable, 24 mai 2015

Pour accéder à l’orgue d’Écouen, il faut d’abord jouer d’un vrai, d’un beau trousseau. Ensuite seulement, on peut profiter d’un instrument jadis historique, désormais en voie de décomposition avancé, qui attend sa résurrection dans un environnement professionnel. Pour preuve, Mathieu Lours, le titulaire, a bien rangé son bordel pour notre venue. Ah non, pardon excuse,…

Mon côté agriculteur enfin révélé

Ce week-end, je joue sur le Cavaillé-Coll de Notre-Dame des Champs (75006), en remplacement de Yannick Merlin, grâce à Maris Podekrat qui me remplace à Saint-André de l’Europe (75008) et Mathieu Lours qui me remplace à la collégiale Saint-Martin de Montmorency (Val-d’Oise). Pendant ce temps, je crâne devant mon propre ego. Merci, collègues.