Je pensais rédiger un post sur la représentation d’un opéra. Mais énoncer la vérité médiatique sur la pauvreté des ploucs dont je crois être me semblait légèrement plus important, en hommage à ces salopards du Figaro.
Si, poser que les gens préfèrent avoir froid parce que pas de fric, faut vraiment être un salopard pour l’écrire.
Donc, pour le compte-rendu de Don Carlo, ben, on attendra un chouïa.