À la vôtre !

  Lors du lancement de la cinquième saison du festival Komm, Bach!, Hervé Désarbre a débouché deux bouteilles offertes par Hans-Uwe Hielscher. Voici la première.    

Feu le tire-bouchon

À peine passée l’Épiphanie, voilà qu’il faut te rendre aux mages. Si nous sommes réunis aujourd’hui, et nous le sommes, c’est pour te souhaiter bonne route jusqu’à la poubelle puis vers ton crémateur. Tes flammes brûleront à jamais en nous, tant tu nous hépatites. Nous n’oublierons pas de sitôt la bonne humeur que tu apportais…

Gauthier Fourcade, « Le Cœur sur la main », Scène Thélème, 5 avril 2019

On a eu l’occasion de dire du bien, ça nous arrive, de l’hurluberlu qu’est Gauthier Fourcade. Cette fois, c’est beaucoup plus sérieux. Quasiment archéologique, pour dire. A priori, il s’agit du premier spectacle écrit par Gauthier Fourcade. En réalité, pas tout à fait : il s’agirait du un-et-demier, ce qui en dit long sur le bonhomme….

Déformation

Quand tu dégustes un vin capiteux mais que tes vieux réflexes de correcteur et de prof sont réveillés par l’étiquette, te faisant douter du domaine : la bouissiere, La Boissiere, de La Bouïssière pour l’étiquette frontale ? Argh.

Si, ça existe, l’atout reine

Rencontre avec le vigneron Xavier Frissant, viticulteur avisé, promoteur des vins de sa région (Cahors inclus, c’est dire) et raconteur roué, aussi croustillant que capable de s’adapter à ses interlocuteurs. Ses rouges à base de côt (plus chic que le malbec, appellation hors sujet sur ses coteaux !) s’adressent davantage aux amateurs de vin fruité…

Les jours Ferrier, on déguste…

… par exemple, grâce à Thierry Welschinger et à ses produits méticuleusement choisis, présentés avec engagement et simplicité même à des ignares comme votre serviteur, cette fleur de Labet, stupéfiante.

Toujours chanter en vin

Après une répétition pour le concert « Chansons et religion », réciter quelques verres thématiques – voire anathématiques – s’impose.

C’est bien ma veine (cahortique)

L’avantage de vieillir, c’est que c’est un prétexte très digne pour ouvrir de bonnes bouteilles. L’avantage de Bertrand Ferrier, c’est qu’il est de toute façon très fort pour inventer des prétextes de ce style.

Hard day’s life (and I’ve been working, etc.)

– Bertrand Ferrier, rude journée que ce samedi… – Tout à fait. Dans le désordre : messe, répétition du concert du 25 novembre avec Vincent Genvrin à l’orgue et Samuel Campet comme co-assistant… et dégustation de différents vins pour accompagner différents foies gras chez Thierry Welschinger. – Nous n’avons pas d’autre question, Votre Honneur.

Before

Avant un concert, je me recentre sur moi-même et me concentre comme un bon vin. Ou je vais déguster de bons vins, ça dépend.

Quand j’ai vu, j’bois double

Ce tantôt reprenaient les redoutables et conviviales dégustations à l’aveugle de Thierry Welschinger, feat. notamment un excellent blanc et un non moins savoureux rouge de Guillaume Gros from Luberon. C’est malin, stimulant et gouleyant, même pour les simples curieux, dont votre asserviteur.