Jusque-là, c’est clair

Solo de clarinettes– Dans une certaine mesure, tous les sons émis ne sont pas appréhendés pour eux-mêmes mais interrogent leurs propres conditions de production, pensées en tant qu’expériences corporelles.
– Absolument, M. Lachenmann. Autre chose ?
– Les structures temporelles artificielles et la perception élémentaire du processus de production du son révèlent leur profonde interdépendance et remettent au cœur du projet expressif la singularité du geste et la perception emphatique de la dimension anatomique du son.
– Cela va sans dire. Même si je pense que vous avez bien fait de simplifier, au moins pour une première approche.
(Citations extraites de la notice de « Dal Niente (Intérieur III) », in : Armand Angster, Solo clarinet, Triton, 2016 env.)

Ce contenu a été publié dans Vracos, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.