Rideau pour Charles Rinecker


Quelques décennies aux Batignolles à vendre des journalses, des bonbex et des trux. Puis le loyer augmente. C’était un endroit minuscule. Aujourd’hui, premier juillet de l’an complexe deux mil dix-huit, juste en face, il y a des gens très propres qui attendent la place ; et je passe à deux doigts de croire que j’ai fait une erreur lorsque j’arpente à la nuit tombée le trottoir de Charles Rinecker.

Ce contenu a été publié dans Carte postale, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.