Dragons pour entretenir la flamme


En attendant une cérémonie, je cherche un pote poilu à pattes. Quand j’en croise un, je sens aussitôt dans son regard une forme de passion pour le dialogue et la rencontre de passage.


Après, c’est vrai que mon statut d’artiss, un jour à Rio, l’autre à de Janeiro, peut susciter la méfiance. Tristesse des préjugés. Une autre fois, peut-être ?

Ce contenu a été publié dans Carte postale, Vis ma vie d'organiste, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.