L’amour est enfant de beaux « aime »


Débarquer à une tribune. Sur le couvercle de l’orgue, trouver une déclaration d’amour. Se souvenir que l’on est juste le remplaçant in extremis et que, partant, il est hélas improbable que le symbole soit destiné à l’intrus. À moi, donc.

Ce contenu a été publié dans Orgue, Vis ma vie d'organiste, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.