Pascaliens espaces infinis


La photo n’est pas bonne, mais on peut y voir le désarroi en personne ou le soulagement d’un soir.
En fait, tu sais que tu es organiste quand tu arrives en courant pour jouer la messe, inquiet d’être peu en avance, mais, en fête, quand tu entres dans l’antre, tu découvres ça. Alors, en un sens, ça va.

Ce contenu a été publié dans Orgue, Vis ma vie d'organiste. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.